jeudi 7 juillet 2016

La miniaturisation des prix et des puces pour la mémoire.

Le stockage de données fait partie des enjeux majeurs du numérique. Mais combien coûte un gigaoctet (Go = GB) ? A quelle vitesse ce prix a évolué jusqu'à présent ? Le site EcoSocioConso, dédié à la consommation, s’est intéressé à ce sujet et dévoile une infographie nommée « Gigaoctets : la miniaturisation des prix ».

Vous découvrirez :
  • Qu’en 1956, 1 Go coûtait 26 millions d’euros (via le Ramac 305),
  • Alors qu’il ne coûte plus que 0,05€ en 2015 (via un disque dur mécanique HDD) !
Gigaoctets : la miniaturisation des prix - Source EcoSocioConso

Comme c'est souvent indiqué lors de l'atelier sur les conseils sur les acquisitions numériques, cette illustration vient en complément d'une version courante et déformée de la "loi de Moore"  : « quelque chose » double tous les 18 mois. Cette chose concerne la plupart du temps  « la puissance », « la capacité », « la vitesse » et « la fréquence d'horloge ». L'une des 2 vrais conjectures de Moore traitait en fait uniquement de la densité des transistors sur une puce électronique.

Aujourd'hui, cette soi-disant loi de Moore tend à moins se vérifier.
En effet, il y a une stagnation de la fréquence d'horloge (exprimé en GHz). Par contre, il y a encore un peu de marge aujourd'hui pour augmenter le nombre de transistors par mm² sur une puce. De plus, les fondeurs de processeurs favorisent les architectures multi-cœurs (nombre de "core") pour effectuer plusieurs opérations en parallèle à chaque top horloge. Ceci a un impact extrêmement important sur le logiciel qui doit être écrit et spécialement adapté pour tirer avantage du multi-cœur. L'une des limites à la loi de Moore réside aussi dans l'explosion des coûts de fabrication pour miniaturiser autant : on s'approche des dimensions atomiques !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog